Contact

Bienvenue !

La base de données Artefacts est développée en permanence par un réseau de chercheurs.

Les données en ligne ne présentent aucune garantie d'exhaustivité, elles ne font que refléter l'état actuel des enregistrements pour chaque type défini. Pour compléter les données d'une page, n'hésitez pas à demander le statut d'auteur.

Cet outil de travail, destiné aux chercheurs qui étudient les objets archéologiques, permet à chacun de créer, d'alimenter et de modifier des fiches typologiques. Les auteurs d'Artefacts se proposent de rassembler des données dispersées dans des supports éditoriaux variés et dont la masse est en constante augmentation. Ce travail peut être facilement cité en copiant la référence indiquée en haut à droite de chacune des fiches.



Recherche simple : ci-dessous, ou dans le champ Recherche du menu de gauche, taper un ou plusieurs mots séparés par des espaces.




Pour une recherche plus complexe, utiliser la Recherche avancée

Artefacts compte à ce jour 9 290 fiches pour 79 732 objets inventoriés.

Vous êtes le visiteur n° d'Artefacts

Contact

 

Petits objets : définition

Qu 'est-ce qu'un "petit objet" ? Les spécialistes en discutent encore... Après la numismatique, dont le champ d'application (la monnaie) est assez bien défini, la céramologie a été la première à s'ériger en spécialité archéologique. Mais s'intéresse-t-elle au matériau (la terre cuite) ou à ce qu'on en fait ? De fait, beaucoup d'objets sont produits en argile, et le critère du matériau n'est pas le meilleur pour trier ce qui relèverait de la céramologie ou d'une nouvelle spécialité, celle concernant les objets. Au cours des dernières années s'est imposé le critère fonctionnel, qui permet de confier aux "céramologues" tout ce qui est vaisselle, de cuisine (préparation, service) ou de stockage (amphores...). Les "objets", qui ne sont pas toujours petits, c'est donc le reste.

Catégorie vaste, donc, et variée, puisqu'elle touche à presque tous les domaines de l'activité humaine. Pour mettre un peu d'ordre dans ce très vaste ensemble, Artefacts utilise un système hiérarchique à trois niveaux, sur lequel vient se greffer la chronologie. Chaque objet est attribué à une fonction, et chaque fonction entre dans un domaine. Ainsi un "dé à jouer" (code DEJ) appartient à la fonction "jeu-comptage", qui est elle-même insérée par le domaine socio-culturel. Il s'agit ici d'identifier la fonction première des objets, celle pour laquelle ils ont été conçus, et non leur réutilisation éventuelle dans un contexte secondaire (par exemple religieux, ou funéraire).

L'optique principale d'Artefacts est d'ordre typologique, mais certains types existent [presque] sous la même forme à des époques différentes. Un dé cubique en os, par exemple, pourra donc se trouver en DEJ-3, DEJ-4 ou DEJ-9 selon qu'il est étrusque, romain ou médiéval. Il est donc intéressant, quand on a trouvé le code de l'objet recherché (DEJ-, dans l'exemple ci-dessus), d'aller voir les attestations dans d'autres périodes, pour mesurer l'évolution de cette forme à travers le temps.
    


Nature et buts d'Artefacts

Artefacts n'est pas un produit fini, mais un programme évolutif reflétant le travail d'un groupe de chercheurs : la base de données est donc perfectible, et le lecteur attentif pourra y trouver des erreurs qui sont corrigées dès qu'elles nous sont signalées. Le but du projet est d'offrir un panorama aussi complet que possible des formes de petits mobiliers archéologiques classés par grandes périodes. Il n'est donc pas question ici de reunir un corpus d'objets, mais seulement un répertoire de formes ('types') pour lesquelles on fournit, autant que possible, une définition circonstanciée, une bibliographie choisie et une chronologie. Les objets cités et les illustrations fournies ne le sont évidemment qu'à titre d'exemple.

NB : l'ensemble de la documentation d'Artefacts provient de recherches archéologiques légales et de la bibliographie scientifique.




Etat des cartes pour chaque période

Les cartes ci-contre montrent l'état d'avancement des inventaires pour chaque période.

Naturellement, la proportion d'objets inventoriés dépend de l'investissement des chercheurs et des équipes qui travaillent sur une période donnée. On voit que l'effort est donc plus avancé pour le deuxième Age du fer et l'époque romaine que pour les autres périodes.

Pour devenir auteur d'Artefacts, envoyez votre projet scientifique à : artefacts[at]mom.fr

© Fond de carte H. Bohbot
    


Publications sur Artefacts

Feugère, Gilles, Vigier à paraître : M. Feugère, A. Gilles, E. Vigier, L’archéologie face aux objets (à paraître, Revue électronique en ligne ArAr).

Feugère 2016 : M. Feugère, Artefacts en 2015-2016. Instrumentum 43, juin 2016, 54-57. Lien

Feugère 2015 : M. Feugère, Bases de données en archéologie : de la révolution informatique au changement de paradigme. Cahiers Philosophiques n°141, 2015, 139-147. Lien

Feugère, Bultinck 2015 : M. Feugère, P. Bultinck, Artefacts, dé bron voor alles wat u wou weten over kleine archeologische objecten, wil Vlaanderen op de kaart zetten. www.Archeonet.be, 30 mar 2015. Lien Lien

Feugère 2011 : M. Feugère, Artefacts : encyclopédie en projet, outil d'aujourd'hui. Instrumentum n°33, juin 2011, 24-27. Lien

Feugère 2010 : M. Feugère, The Artefacts Project : An Encyclopaedia of Archaeological Small Finds. Lucerna (The Roman Finds Group Newletter) n°39, Sept. 2010, 4-6. Lien



... et spécifiquement sur la version 2, en cours d'élaboration :

Feugère et al. 2017 : M. Feugère, E. Vigier, L. Eyango, A. Giraudo, Artefacts v2 : les enjeux d'une migration. HAL-SHS, 18/06/2017. Lien